boomering-logo-version-5.png

#// BOOMΞRING

Briser les infox, favoriser l'esprit critique

// Bibliographie

Quelques OUVRAGES
Source Olivier Pironet - Le Monde Diplomatique
FR
  • Salim Lamrani (sous la dir. de), Washington contre Cuba. Un demi-siècle de terrorisme, Le Temps des cerises, Paris, 2005.
    Invasion militaire, attaques biologiques, attentats terroristes, sabotage d’infrastructures, campagne d’assassinats, étranglement économique, guerre de propagande… Cinquante années d’agressions américaines contre Cuba pour venir à bout du régime de Fidel Castro.

     

  • Geoffrey Geuens, Tous pouvoirs confondus. État, capital et médias à l’ère de la mondialisation,  EPO, Anvers, 2003.Cet ouvrage, richement documenté, dresse l’inventaire des principales instances de pouvoir où se fréquentent et s’épaulent les élites économiques, politiques et médiatiques. L’auteur jette la lumière sur la « connivence organique » entre l’État et le « grand capital ».
     

  • Jean Soublin, Je t’écris au sujet de Gracchus Babeuf,  Atelier du Gué, Villelongue-d’Aude, 2001.

  • Un éclairage sur la vie et les idées politiques de Gracchus Babeuf, qui entendait achever la Révolution française en transformant l’égalité civile en égalité sociale. Préconisant l’action directe pour renverser le Directoire (1795-1799), il créa en 1796 une organisation secrète, la conjuration des Égaux, qui fut rapidement démantelée. Il fut exécuté le 27 mai 1797.
     

  • Ed Vulliamy, Amexica. La Guerre contre le crime organisé sur la frontière États-Unis — Mexique, Albin Michel, Paris, 2013.
    Dans la même veine que Gomorra, de Roberto Saviano, cette enquête offre un éclairage sur les rouages du trafic de drogue le long d’une ligne classée parmi les plus dangereuses de la planète. L’ouvrage dévoile notamment comment la banque américaine Wachovia s’est enferrée dans l’une des plus grandes opérations mondiales de nettoyage de fonds issus du narcotrafic mexicain.

     

  • Richard Hofstadter, Le Style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, Éditions François Bouron, Paris, 2012.
    En 1964, le Parti républicain choisit pour porte-drapeau Barry Goldwater, un ultraconservateur qui estime les États-Unis menacés par les complots de la gauche. L’historien Richard Hofstadter publie alors un essai dans lequel il examine l’imaginaire conspirationniste à l’œuvre dans une certaine tradition américaine.

     

  • Steven L. Kaplan, Le Complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Éditions de l’EHESS, Paris, 1995.
    Sous l’Ancien Régime, l’idée que les pénuries de blé étaient le fait d’une machination fomentée en haut lieu était profondément inscrite dans la conscience collective. Steven L. Kaplan démonte les ressorts de cette croyance et montre que les crises du blé étaient essentiellement liées à la libéralisation du commerce des grains.

     

  • Emmanuelle Danblon et Loïc Nicolas (sous la dir. de), Les Rhétoriques de la conspiration, CNRS Éditions, Paris, 2010.
    Regroupant divers spécialistes des théories du complot, cet ouvrage collectif, issu d’un séminaire organisé en 2008-2009 à l’Université libre de Bruxelles (Belgique), s’intéresse aux mécanismes et à la force persuasive des récits conspirationnistes.

     

  • Homa Katouzian, Musaddiq and the Struggle For Power in Iran,  I. B. Tauris, Londres (Royaume-Uni), 1999 (1re éd. : 1990).
    Cette étude sur la vie et l’œuvre de Mohammad Mossadegh, premier ministre d’Iran de 1951 à 1953 et artisan de la politique de nationalisation des ressources pétrolières du pays, jette la lumière sur le coup d’État orchestré par la CIA, avec l’aide des services britanniques, qui conduisit à son renversement, le 19 août 1953

     

  • ''Les théories du complot'', Agone, n° 47, Marseille, janvier 2012.
    S’appuyant sur des événements qui ont donné lieu à des interprétations controversées (l’incendie du Reichstag, l’assassinat de John F. Kennedy, le 11-Septembre), la revue réfléchit aux moyens d’« éviter le double écueil de la paranoïa des adeptes du “conspirationnisme” et la fausse naïveté des critiques habituels de la “théorie du complot” ».

     

  • Maurice Lemoine, Chávez presidente ! Flammarion, Paris, 2005.
    Le 11 avril 2002, toutes les forces de l’opposition vénézuélienne s’unissent dans un seul but : faire tomber le président Hugo Chávez (1999-2013). Le plan est établi, le sang va couler. Mais les conspirateurs oublient l’essentiel : le jour de la tentative de putsch, comment réagira le peuple, l’immense masse des déshérités ? Ce roman historique revient longuement sur cet épisode.

     

  • Ludovic Tournès (sous la dir. de), L’Argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens,  Autrement, Paris, 2010.
    Ce livre consacré au rôle joué par les grandes fondations américaines dans la vie intellectuelle et politique de l’Europe au XXe siècle montre, notamment, comment elles ont participé à la « guerre froide culturelle menée par les États-Unis contre le communisme » et soutenu la construction européenne.

     

  • Nicholas Shaxson, Les Paradis fiscaux. Enquête sur les ravages de la finance néolibérale, André Versaille éditeur, Bruxelles, 2012.
    L’ouvrage établit une typologie et une géographie politique des « juridictions du secret » que sont les paradis fiscaux, avec au cœur du système la City de Londres. Cette dernière concentre la moitié du volume des actifs bancaires internationaux et leur offre la possibilité d’échapper aux réglementations fiscales.